Rechercher

Mon foie, connais pas ?

Mis à jour : janv. 20

Les plus anciens d'entre vous auront complété ce titre et n'auront pas non plus oublié la célèbre publicité de notre enfance peuplée de petits oiseaux charmants : la Boldoflorine, la Boldoflorine, la bonne tisane pour le foie.....C'est bon, objectif atteint, je vous ai mis l'air dans la tête pour la journée !!!




Eh oui, après toutes ces agapes des fêtes, notre foie signale sa présence et son mécontentement....Oh, miracle : la cure détox au citron chaud s'étale partout dans les magazines, les réseaux sociaux.....tous les ans la même rengaine mais ....attention.....Cette pratique n'est pas sans danger. Alors, revenons à la raison.....et à l'équilibre.....et varions les plaisirs....en connaissance de cause car si les plantes sont nos alliées, elles ne sont pas dénuées de dangers.


Comment ça marche ?

Il existe 2 types de plantes à action hépatique : les cholérétiques qui drainent le foie et les holagogues qui agissent sur la vésicule biliaire. Ces dernières sont à proscrire totalement si vous êtes sujets aux calculs biliaires sous peine de déclencher une lithiase, véritable urgence médicale. Là où ça se complique : certaines plantes associent ces deux niveaux d'action.


Comment procéder ?

En faisant des essais et en écoutant la réponse de votre organisme ; en cas de désordre, de désagrément, ne vous entêtez pas......et, pas de pratique obsessionnelle.....de la mesure en tout.....


Quelles plantes courantes pouvez-vous utiliser ?


- le boldo....et non, le bol d'eau...quoique, s'hydrater ne peut que faire du bien..... est utilisé dans le cadre de troubles

digestifs et abdominaux, d'affections du système urinaire (infections urinaires mineures, cystite), de troubles hépatiques (douleurs hépatiques, insuffisance de la sécrétion biliaire), Le boldo est généralement utilisé comme tisane, en infusion, : 1 à 2 g de feuilles de boldo à laisser infuser pendant 10 minutes avant de filtrer. Le filtrat est à boire une à 3 fois par jour, pour stimuler la sécrétion biliaire. Le boldo est formellement déconseillé aux personnes présentant une allergie à la boldine. Il n'est pas non plus recommandé en cas d' obstruction des voies biliaires, ou d'affection hépatiques aiguës. Les femmes allaitantes, ou en état de grossesse, ainsi que les enfants en bas âge ne doivent pas non plus consommer du boldo. A noter : son effet neuroleptique en cas de forte consommation.


- le citron chaud : un demi-citron dans de l'eau chaude le matin avant le petit-déjeuner...oui, mais en cure et pas plus de 21 jours. Prolongée au delà de 21 jours, vous épuisez votre foie. Et, si vous avez pris l'habitude de croquer le zeste du citron, ce sont les calculs qui vous guettent. En cause, les oxalates contenus dans la peau de ces agrumes. Hormis le risque de fatigue du foie si la cure est prolongée et, le risque de lithiase biliaire (oxalates), il faut savoir que l'absorption de citron chaud fait grimper le niveau des taux d'histamine dans l'organisme donc risque d'aggraver un terrain allergique et/ou asthmatique




- l'artichaut : il combine les 2 modes d'action; Déconseillé aux femmes allaitantes car, tout comme le persil, il coupe la lactation... Cholérétique et dépuratif, il stimule la sécrétion biliaire et l'élimination de la bile. Diurétique de par sa richesse en potassium et en inuline, ses fibres facilitent le transit intestinal. Il est riche en vitamine B9, minéraux, fibres, composés antioxydants, et polyphénols. La prise d'artichaut est contre-indiquée en cas de lithiase biliaire (obstruction des voies biliaires). Elle est également déconseillée en cas de sensibilité aux astéracées, comme la camomille ou la marguerite. Une cure d'artichaut ne doit pas dépasser 15 jours


- le radis noir : utilisé dans le traitement des troubles digestifs, il apaise les ballonnements, stimule l'appétit et favorise la digestion.Dans le traitement des affections du foie (troubles hépatiques), il contribue à drainer le foie et à augmenter la sécrétion de bile, entraînant ainsi une meilleure élimination des toxines. La dose quotidienne de jus de radis noir ne doit pas excéder 100 ml par jour, La durée du traitement, quant à elle, ne doit pas dépasser quatre semaines. Le radis noir est contre-indiqué chez les personnes qui présentent une obstruction des voies biliaires (calculs). Il est, également, fortement déconseillé en cas d'ulcère de l'estomac, de gastrite ou de pathologies qui affectent la thyroïde.



- le romarin : La choline qu'il contient agit comme régulateur des lipides, au

niveau du foie, et favorise la digestion. Ses vertus diurétiques facilitent l'activité rénale et participent à la prévention des rhumatismes. Ses propriétés antioxydantes ont un effet de stimulation sur l'activité cérébrale et améliorent la mémoire. Il peut être préparé en infusion, 2 g de feuilles de romarin séchées dans 150 ml d'eau bouillante, pendant 10 min, à raison de 2 ou 3 tasses par jour. Pris par voie orale, il est contre-indiqué aux enfants de moins de 12 ans et aux personnes souffrant de calculs biliaires ou d'une maladie du foie. Hormis en cuisine, il est également déconseillé aux femmes enceintes ou allaitantes.




- le pissenlit : Il présente des effets positifs sur les systèmes digestif et hépatobiliaire. On utilise principalement la racine (pour ses vertus cholagogues) et les feuilles (pour leurs propriétés cholérétiques).

Il présente des vertus dépuratives, agit en cas de constipation, de digestion difficile, d'excès de cholestérol ou même en cas d'inappétence. Il prévient les problèmes rénaux : insuffisance urinaire ou hépatique, troubles biliaires. Les feuilles de pissenlit sont réputées pour renfermer des minéraux et des vitamines en grandes quantités. Elles permettent également de traiter l'inappétence, les troubles de l'estomac ou urinaires.

Ne pas prendre au-delà de la dose quotidienne, qui est de 30 g pour les feuilles ou 15 g pour les racines. En pratique, 4 à 10 grammes de feuilles dans 150 ml d'eau, jusqu'à trois fois par jour ou faire bouillir de 3 à 5 g de racines dans une tasse ou un bol, pendant une dizaine de minutes, à renouveler trois fois par jour. Le pissenlit ne possède pas de précautions d'emploi particulières, sauf en cas de calculs biliaires, où il est préférable de rencontrer un médecin au préalable. D'autre part, il est conseillé de ne pas utiliser le pissenlit en cure continue tout au long de l'année, mais plutôt d'en effectuer une de quelques jours ou semaines lors des changements de saisons. En cas de grossesse, d'allaitement, de maladie cardiaque ou rénale, ce genre de cure n'est pas à envisager. Le pissenlit, au-delà de toutes les préparations thérapeutiques possibles, se mange aussi en salade.


Cette liste n'est pas exhaustive....on pourrait y ajouter le chardon marie, le desmodium, la fumeterre....et le borututu.....ce dernier nom m'a fait sourire....mais, pas facile à dégoter sur les étals de nos marchés.....vous pouvez toujours essayer de le demander à votre primeur juste pour voir.....


Au final, pas de cure à marche forcée ....l'équilibre en toutes choses.....comme d'habitude !!!!



48 vues

©2019 by YAKaTao. Proudly created with Wix.com